CÔTÉ LOISIRS AUTO

Actualités du secteur automobile, Essais constructeurs, Bons plans, Locations de voiture au meilleur prix, etc. @Antilope Productions

La fausse baisse du prix des carburants

« Jusqu’à 6 centimes d’euros ». Il s’agissait de bien entendre la nuance annoncée par Pierre Moscavivi, le Ministre de l’Economie et des Finances, lors de l’annonce des premières conclusions suite à la réunion avec les professionnels du secteur le lundi 27 août dernier.

En fait, l’effort « partagé » annoncé ne repose finalement que sur l’Etat.

Les professionnels ne jouent pas le jeu. 3,4 centimes de moyenne sur le SP98, 3,6 centimes sur le gazole et surtout 3,1 centimes sur le SP 95, c'est la moyenne générale constatée sur les premiers jours de baisse des prix. Si l’on retranche à ces chiffres les 3 centimes consentis par le Gouvernement, l’effort des industriels du secteur est largement inférieur à 1 centime, ce qui laisse un goût amer aux automobilistes pour qui une baisse de 6 centimes n’apparaissait déjà que « symbolique ».

"40 millions d’automobilistes" tire ainsi un premier enseignement des réunions de lundi et mardi dernier organisées par le gouvernement. L’organisme de surveillance des prix du carburant comme réponse à la nécessité de la transparence : Si l’engagement de 3 centimes de baisse de taxe est quant à lui respecté par le Gouvernement, l’opacité des marges nettes réalisées par les professionnels du secteur ne permet pas d’obtenir de réel « coup de pouce » pour l’automobiliste. L’effort semble donc à lui seul être porté par l’Etat et l’ambition d’un effort « collectif » n’a pas trouvé de résonnance dans les faits. « Il est à présent temps de passer des mots aux actes et de respecter les engagements devant les automobilistes. Nous attendons que les objectifs chiffrés de baisse de 6 centimes à la pompe soient atteints rapidement ! Le contrat moral passé devant les automobilistes doit être respecté ! » a réagi Pierre Chasseray, Délégué Général de « 40 millions d’automobilistes ».

« Il nous faut créer au plus vite l’organisme de surveillance des prix du carburant et y siéger pour répondre à la nécessité de transparence à tous les étages de la filière carburant. L’automobiliste est en droit de savoir pourquoi les prix ne baissent pas suffisamment ! » ajoute-t-il.

Repenser le mode de taxation pour obtenir une fiscalité plus légère sur les automobilistes

Pour Daniel Quéro, Président de l’association, « Le mode de fiscalité a vécu et il est temps de le réformer, il ne répond plus à la réalité de flambée des prix des matières premières de notre époque. En effet, la TVA qui porte sur un prix global s’applique aussi sur la TICPE. C’est l’aberration de l’impôt sur l’impôt ! ».

Aussi, « 40 millions d’automobilistes » propose deux axes de réflexion à court et moyen terme pour faire de la France le pays précurseur d’une prise de conscience collective pour la réforme d’une fiscalité vétuste :

  • La baisse de la TICPE à court terme : c’est le moyen le plus simple et le plus rapide pour répondre dans l’urgence à l’obligation de baisse des taxes sur le carburant. La TICPE est fixe et chaque Etat est compétent pour abaisser lui-même son taux ! La France reste, malgré cette première baisse, bien au-delà des minima imposés par les directives européennes et pourrait d’ores et déjà abaisser de plus de 20 centimes par exemple ses taxes sur le SP95 !
  • La baisse de la TVA à moyen terme : elle porte sur un pourcentage du prix total comprenant la TICPE. Elle varie donc en fonction du prix de vente. Plus les prix s’envolent, plus la part de la TVA progresse. Pour agir sur son taux, la France doit obtenir l’unanimité au conseil de l’Union Européenne. Il s’agit donc d’une volonté politique forte d’aller défendre les intérêts des automobilistes français au niveau international pour redistribuer du pouvoir d’achat aux français et aux européens.

Pour « 40 millions d’automobilistes », il s’agira donc de rester attentif et vigilant sur les annonces et les dispositifs mis en œuvre. « Il ne faudra pas compenser la baisse par l’instauration d’une nouvelle taxe. Toute nouvelle mesure de répression fiscale venant à l’encontre de l’automobiliste français sera inacceptable. Ce n’est qu’en entendant l’appel des automobilistes que nous pourrons redistribuer du pouvoir d’achat et relancer l’économie générée par le secteur de l’automobile qui, rappelons-le, emploie 2,4 millions de personnes, soit 10% des emplois français sans compter les emplois induits » conclue Daniel Quéro, Président de « 40 millions d’automobilistes ».

A propos de « 40 millions d’automobilistes » 40 millions d’automobilistes est une association d’intérêt général régie par la loi de 1901, active tant sur le plan national qu’européen. Elle intervient dans l’ensemble des débats de fond liés à l’usage de l’automobile face aux grands enjeux sécuritaires et environnementaux, pour adapter et préserver l’automobilité, facteur indispensable à la croissance économique et à la qualité de vie des ménages. Premier représentant national des automobilistes auprès des pouvoirs publics et du secteur économique de la route, 40 millions d’automobilistes rassemble, aujourd’hui, plus de 320.000 adhérents, fort du soutien de tous les automobile clubs français, membres de l’Union Nationale des Automobile clubs. www.40millionsdautomobilistes.com

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Côté Loisirs Auto

Côté Loisirs Auto est une édition numérique d'Antilope Productions
Voir le profil de Côté Loisirs Auto sur le portail Overblog

Commenter cet article